Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2013

L'expert de la MACIF

L'été dernier, gros dégât des eaux dans ma salle de bain et ma chambre.

En résumé : la cata la plus complète.

Après de nombreux allers retours entre les assurances, l'expert de la mienne est finalement dépêché chez moi pour estimer le coût des dégâts.

Je le reçois donc très poliment, lui proposant même un café.

Ben quoi on n’est pas des sauvages quand même.

Et voilà que le mec commence à me poser un tas de questions sur ma vie pro, perso... Lui me parle de sa femme, de ses filles.

Bon je me dis "Il est à la cool, moi tant que mon assurance me file les sous pour tout réparer"

Quelques jours plus tard, mon portable sonne :

"Hey salut Sev, c'est moi" = le moi étant donc mon expert en assurance

"Dis je me disais ça te tente un restaurant Chilien vendredi soir?"

Donc je récapitule, mon expert marié et père de 2 enfants me téléphone pour me proposer un rendez-vous dans un restaurant Chilien.

Ben voyons...

 

Forcément j’ai dit non mais le dégât des eaux n’est toujours pas réparé :D

Le petit bourgeois du 16éme

Avant tout je n'ai aucun préjugé sur les gens vivant dans le 16éme, je préfère vous le dire de suite.

Lors d'une soirée des plus classiques chez une amie, je me fais aborder par un jeune garçon.

Pas mal mais bon il était quand même bien jeune : 24 ans.

Assez drôle et cultivé je rigole bien même si je ne cherche pas à creuser le personnage plus que cela.

On échange nos numéros.

Il m'appelle quelques jours plus tard pour me proposer de se voir.

Pourquoi pas, après tout cela n'engage à rien. Car oui j'ai cette naïveté de croire que les hommes peuvent avoir envie de vous revoir sans pour autant vous faire sauter la culotte directement.

Et là le HIC. Forcément il y en a 1 sinon cette histoire ne serait pas dans cette catégorie :)

Le jeune homme en question veut m'inviter chez lui car je cite "ça m'emmerde les bars, c'est bruyant".

Je sais que c'est bruyant mais avec un apéro t'es tranquille : si le courant ne passe pas tu restes un peu et chacun reprend le cours normal de sa vie. Logique quoi.

Donc de mon côté c'est non je ne vais pas chez toi car :

- je ne te connais pas

- tu vis de l'autre côté de Paris et moi ça m'emmerde de traverser la ville pour toi

- je n’ai pas envie de faire d'effort

 

Et voilà qu'il se lance dans un argumentaire :

"Non mais chez moi, dans mon superbe appart de 95 m2, je pourrais te cuisiner du homard, on aura le champagne et tout"

Si tu veux on se retrouve sur les champs, je viens te chercher et je te ramènes chez toi."

 

Comme si la perspective de me vautrer dans son duplex du 16e me faisait vibrer.

 

 

Mais mec je suis heureuse avec un Mc DO moi ! Bon ok un Mc Do et du vin...

 

 

 

26/05/2013

SINGLE & HAPPY : Le bonheur d'être soi-même

Hello la compagnie,

 

Alors je ne sais pas si vous le savez mais être célibataire ne veut pas dire être malheureuse.

Non parce qu'on passe mon temps à me dire :

  • "Ha mais attend j'ai un pote à te présenter"
  • "Mais pourquoi tu es célibataire ? Je ne comprends pas ?"

Alors voilà :

J'ai vécu presque 5 ans en couple, je vivais en proche banlieue, j'avais un labrador, je faisais le marché tous les dimanches, bref j'avais une vie de couple. Oui mais... je n'étais pas épanouie.

Sur le moment je ne le savais pas forcément, j'étais amoureuse et cet homme était presque parfait.

Et puis un jour, le pètage de plombs et je pars vivre à Paris, la capitale.

Nouveau job, nouveau mec et nouvel appart

Je ne vais pas m'attarder sur cette relation sentimentale car il n'y rien à dire mais le constat à la fin de ces 2 relations est celui-ci :

J'avais vécu avec des hommes qui passaient leur temps à vouloir me changer.

Je devais m'entendre avec TOUS leur amis, je devais m'intéresser à tel sujet car c'était important pour eux et j'en passe...

Bref comme on dit : femme, maîtresse, mère...

18460034.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Mais surtout je n'étais pas moi même. Je voulais tellement que ça marche que je me perdais, je disais Amen à tout, j'étais une vraie serpillère. Et je crois que c'est ça le pire, se perdre et en oublier jusqu'à votre propre personnalité. Un boulimie du dévouement.

GAME OVER, cela devait cesser.

 

Réapprendre à vivre seul c'est dur :  personne le soir en rentrant, personne contre qui se blottir la nuit, etc...

 

Au début c'est toute votre vie qui est chamboulée, petit à petit et surtout parce que j'ai des amis formidables je me fais mon cocon :mon appart, girly, chaleureux, mon Gaby (non non ce n'est pas mon vibro mais mon chat).

 Je me sens bien, mieux encore, je ne me suis jamais sentie aussi bien.

ph2.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Je suis seule chez moi, je suis épanouie et j'arrive à dire : tu es bien TELLE QUE TU ES. Je prends soudainement conscience de ce bien-être divin.

  • Est-ce parce que je ne suis pas tombée sur les bons ? 
  • Est-ce la maturité ?

Forcément je pense que c'est lié, je ne blâme pas les hommes avec qui je suis sortie car je me dis qu'à l'époque j'étais assez grande pour dire : "merde, je vais pas changer pour ta jolie paire de fesses". Je ne l'ai pas fait. Les torts sont partagés.

Nous ne sommes pas fait pour être seul mais je pense qu'on peut être heureux seul.

Alors oui moi aussi je rêve de rencontrer un mec bien mais ce que je sais aussi plus que tout c'est que je ne suis pas prête de laisser rentrer n'importe qui dans ma vie.

J'ai parfaitement conscience que je me suis habituée à cette "routine" de vie de célibataire et que cela peut renvoyer l'image d'une jeune femme exigeante.

Mais oui je le suis, et je le suis tout simplement parce que je suis heureuse seule et que je ne veux pas prendre le risque de briser ce bonheur pour n'importe qui.

Directe, honnête & heureuse.

Je souris comme jamais.

 
Alors si par hasard tu veux me dire ça, je suis à l'écoute :)