Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2013

Mon lamentable entretien

Je suis obligée de vous raconter cet épisode de ma semaine.

Semaine qui en fait était plutôt prometteuse puisque j'ai décroché un certain nombre d'entretiens dont 1 dans une grosse agence de communication.

Me voilà donc sur mon 31 avec mes plus beau escarpins en route vers le 92 gonflée à bloc et l'espoir au top !


Bon je reconnais que déjà la perspective de devoir prendre la ligne 13 ne me réjouissait pas des masses mais vu la situation actuelle on ne dit pas non à un entretien.

Après 1h30 de trajet j'arrive à destination avec 20 minutes d'avance.

Je me pose donc dans un "café" juste à côté.

Quel charmant endroit avec tous ces messieurs qui sont tous avec leur petit verre de vin dès 11h.

Je fais quand même une peu de peine à voir avec mon café à 1,60 euros 3050337_caff_640x280.jpg

Tout va bien, je vais bien.

Allez hop time to go, j'y vais.

Je ne sais pas pour vous mais moi je le sens très vite si ça va le faire ou pas.

1ère impression : boîte de filles mais alors de filles pas très drôles hein...

Et là l'entretien avec la RH et une Directrice de Clientèle débute.

Comme je le suis à chacun de me entretiens, je suis moi-même : naturelle, spontanée et puis c'est tout.

Et voilà que je débite mon parcours pro (j'en peux plus à force), mes qualités, mes défauts (et là forcément je me trouve toujours plus de défauts que de qualités, je suis pas dans la merde déjà...).

Je me sens vraiment pas bien, cet ambiance totalement hermétique à la chaleur humaine me met profondément mal à l'aise mais je continue.

Et là après 1h30 on m'annonce que j'ai "1,2" tests à passer.

Alors chez eux "1, 2" se traduit par 6 hein...

Et bim on me colle dans cet open space comme une malheureuse avec 4 feuilles remplis de questions recto/verso.

statistiques_2010_concours_AST2_HEC_ESCP-Europe_001.gif

"Les boules à Kaboul" comme dit une de mes très bonnes amies.

Je lis, je relis, je re relis et je pense "Non mais là en fait c'est un concours pour intégrer HEC, je me suis plantée".

 

La RH et la Directrice de clientèle étaient sorties déjeuner. 

Bon ben je me lance et me voilà à faire des traduction anglais/français, français/anglais, des stratégies RP BtoB, à citer des typologies de presse... et le coup de grâce arrive avec le communiqué de presse sur un sujet totalement out pour mois sur les avocats et tout le tralala.

Là je me dis : bon ben j'ai même pas envie de me pencher sur le sujet, j'y comprends rien et de toute évidence ici l'apéro il doit pas avoir lieu souvent.

Comprenez : je ne me projette pas du tout.

Je prends une profonde inspiration, je me lève et là...

Tous les regards se braquent sur moi. J'imagine ce qui se passe dans ces têtes :

"WHAT mais que fait-elle"

"Han elle abandonne"

"Pfff je le savais"

De ma voix légèrement vibrante je dis :

"Euh auriez-vous la gentillesse de dire à Mme X que de toue évidence ce n'est pas moi tout cela, mon profil n'est pas en adéquation avec vos attentes, inutile que nous perdions notre temps de chaque côté"

Et je pars, très dignement.

Bon ok la première chose que je fais en sortant et d'appeler ma meilleure amie qui morte de rire m'écoute et me rassure.

Mon trajet du retour jusqu'à chez moi dans la tête c'est ça (me demandez pas pourquoi il y a toujours eu un décalage dans mon cerveau, un gros même...) :


 

Arrivée à la maison j'envoie un mail d'excuse, je suis assez angoissée quand même et la réponse arrive :

"Chère Séverine, merci pour votre email, j'ai été ravie de découvrir votre belle personnalité fort dynamique et joyeuse. Bonne continuation".

Je R E S P I R E

Moralité : un demi-échec qui m'a couté un peu de mon orgueil et 3,40 euros de métro mais demain est un autre jour et un jour je vais décrocher le job qui me conviendra dans la société qui me correspondra 

Commentaires

3,40 € de métro ET 1,60 € de café. Ne l'oublions pas !

Écrit par : Sébasdtien | 06/10/2013

Et dire que me café était qu'à 1,20 le lendemain dans le 18éme. ARNAQUE du 92

Écrit par : Sev | 06/10/2013

Les commentaires sont fermés.