Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2014

Mon 1er râteau de 2014

Ha cette fameuse nuit de juin 2014 ou un mec a traversé Paris en Velib pour me dire non je ne suis pas prête de l'oublier.

Je vous explique ce mec je l'aime bien, mais vraiment bien : il me fait rire, sourire, craquer alors oui à la base c'était des taquinerais et ouïs forcément au fur et à mesure un autre sentiment prend le pas et on commence à se poser des questions. je rame tellement à trouver un mec qui chamboule mon coeur que quand j'en trouve un je suis heureuse car je me sens vivante. I'M ALIVE.

Donc pour vous éclairer un peu sur ce jeune homme, je vous dresse un tableau : les 2 dernières soirées passées ensemble peuvent se résumer à lui en train de me chercher. Donc, certes, l'alcool ne devait pas être un facteur non négligeable dans ce comportement de technique d'approche mais j'ose espérer qu'on peut me trouver attirante et charmante même dans un état non alcoolisé.

Donc moi ce fameux soir, ma coupe de champagne dans une main et mon portable dans l'autre je textote et je décide d'aller droit au but : je ne veux pas être ton amie et je veux qu'on en parle.

Je ne m'attends pas à avoir de réponse. Et bien dans les 5 min qui suivent j'en ai une et en fait elle est même plutôt positive : il me dit ok pas de soucis.

15 min plus tard on sonne à ma porte, je m'apprêtais à me coucher donc je ne vous dis pas ma tête quand j'ai vu que c'était lui à la porte. Je sortais de ma douche toute guillerette et c'est donc dans cette modeste tenue que je lui ouvre la porte.

Point nécessaire à ce moment du récit : Le mec vient donc de chevaucher un velib en pleine nuit pour venir me parler.

Ok, ok bon je lui ouvre et on parle. Je suis plutôt confiante en fait comme il débarque chez moi en pleine nuit….

La jeune femme, certes fatiguée, mais remontée à bloc que je suis y va avec diplomatie mais y va quand même.

Et là, la réponse "Non tu ne m'attires pas". WOWWWWW la claque je vous dis même pas. THE RATEAU….

J'encaisse mais peu importe je continue parce que bon là il y a clairement un truc qui m'échappe. En fait je décide même de ne pas lâcher l'affaire, avec mon plus beau sourire je lui dis "Ho tu vas pas dire non à ça quand même" (traduction : femme qui balance tous ses arguments d'un coup car elle n'a plus rien à perdre si ce n'est sa dignité mais bon à ce niveau là je n'y pense plus).

Mais rien n'y fait le râteau demeure et ma dignité est partie en fumée :)

se-prendre-un-rateau.jpg

 

Mince pour une fois qu'un mec me plaisait c'est quand même grave les boules.

Donc moi je me pose cette question : sachant que c'est ambiguë entre nous, on sait très bien qu'il suffira de très peu pour que ça dérape, on gère ça comment ?? 

Je raconte cette anecdote avec beaucoup d'humour car en en fait je ne regrette rien : j'ai tenté et j'assume ce gros vent sans aucune gêne.