Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2016

La guérison

Je précise avant toute chose que cette personne qui avait vu mon blog a insisté pour que j’écrive sur lui. Donc voilà je décline toute responsabilité.

 

Il m’a contacté via mon compte insta pro, je réponds quasiment tout le temps, allez savoir pourquoi.

Après quelques échanges j’ai accepté de prendre un verre avec lui. Je m’en souviens c’était un dimanche soir. Encore assez traumatisée de ma dernière relation, je choisis un endroit pas trop éloigné de chez moi : Bastille.

Sur les photos il fait tout jeune, et là en fait bonne surprise il fait homme et non gamin. Il est mignon. Cool je me dis mais je sens bien que je suis vraiment très apeurée.

On prend un verre et il me propose de continuer au resto. Je peux pas, j’en suis incapable et ce aussi bien soit il : je veux rentrer chez moi me ressourcer. Je rentre.

On se SMS, on se revoit quelques jours plus tard, petit restaurant tranquille mais rien de plus.

La vérité je crois que même si je suis sur mes gardes je sais que je ne ferais pas le premier pas, j’ai besoin de sentir que je vais pas encore me prendre un mur de plein fouet dans la face ou que c’est quelqu’un de faux. En soit je ne peux pas le savoir mais je ne peux pas agir.

Puis un jour, je vais jusqu’à sortir de paris pour aller en proche banlieue (car oui il habite en banlieue et je me dis que c’est une façon de lui montrer que je fais un peu tomber les barrières). Soyons clair cela relève de l’exploit en ce qui me concerne.

On a profité d’un parc avec les jolis premiers rayons de soleil et c’était sympa même si un truc me bloque. Il ne se passe toujours rien et hélas le « sinon là on peut aller chez moi, faire l’amour et voir si ça passe ». Donc là forcément grave erreur qui a le mérite de me faire reculer dans ma tête de 300 pas. Cependant, je mets cela sur le compte de la maladresse. Je me dis « Sév te braque pas tu peux pas le blamer »

Le personnage est gentil mais je sens qu’il a besoin de toute contrôler, j’ai ce sentiment qu’il veut ça et ça chez une fille et ne laissera jamais cela ou cela si ce n’est pas comme cela qu’il a vu le truc. Du coup moi ça me bloque. C’est étonnant car lui même se dit spontané mais je ne la vois pas cette spontanéité.

Donc en prenant du recul je vois 2 possibilités :

  • il sent que je suis assez peureuse et il ne veut pas me brusquer (mais à côté de cela il est quand même bien cash parfois donc ça me perturbe)
  • il n’est pas du genre à faire le premier pas

J’essaie de ne pas trop analyser car ça n’apporte jamais rien de bon généralement. Mais le gars est tellement en mode « non mais moi en un baiser je sais si ça va le faire » que ça te donne pas envie. Tu te dis « ben merde alors t’as pas le droit au faux pas ».

Quand j’ai embrassé mon allemand (oui oui je sais un allemand MAIS il avait les yeux bleus) pour la première fois c’était la cata mais c’est pas grave ça restait mignon et ça n’empêche que je me suis éclatée avec lui dans tous les sens du terme.

La dernière fois que nous nous sommes vu on a fait un ciné, je me dis « bon là c’est bon quoi il me saute dessus, il me montre un peu de force virile ». ha ben non en fait c’est moi qui l’ai embrassé mais du coup j’étais tellement pas dedans que j’en avais pas envie alors j’ai vite pris la fuite pour rentrer chez moi. je sais ce que j'attendais de lui, j'attendais d'être rassurée parce que je suis une femme et que ce dont on a besoin aussi indépendantes sommes nous parfois c'est de se sentir en sécurité dans des bras.

Pas grave je suis fière de moi, j'ai tellement parcouru de chemin depuis l'autre que en fait je réalise que l'autre fait parti d'un passé qui est aux oubliettes. Que si cette période a laissé une grosse fragilité elle m'a aussi permis d'apprendre beaucoup sur moi.

Je suis pleine de vie, de dynamisme et de sourire. Je suis sereine et heureuse. Je suis MOI avec mes défauts, mes qualités, ma spontanéité, mes blessures mais surtout mon humanité.